best websites of the world
Retour

Sport et réseaux sociaux, comment communiquent les fédérations françaises?

Marketingz-article-Federation-francaise-sport-reseaux-sociaux

Cet été nous n’avons pas eu de soleil mais nous avons eu les JO de Londres. Une consolation relative au regard du nombre de médailles françaises en légère baisse par rapport aux JO de Pékin.

 

La fédération française de natation nous a enchanté, les experts du handball nous ont à nouveau fait vibrer, l’athlétisme nous a laissé un gout d’inachevé… Tous ces sentiments concourent à l’engouement ou au rejet des français autour du sport. Cependant depuis quelques années, les fédérations peuvent utiliser un nouveau levier pour recruter de nouveaux licenciés ou échanger avec eux : les réseaux sociaux.

 

 

Comment ces fédérations communiquent sur les réseaux sociaux, à quelle audience s’adressent-elles, la tonalité des échanges est-elle positive ou négative au regard des résultats sportifs…? Nous allons essayer d’y répondre ci-dessous en analysant les comptes Facebook des fédérations française de football, tennis, basketball, gymnastique, rugby, athlétisme, judo, handball et natation.

 


 

Le nombre de licenciés n’influe pas nécessairement sur la taille de la communauté.

 

La Fédération Française de Football domine très largement les débats en nombre de likers. Certes, le football est le sport le plus pratiqué en France et le plus médiatisé mais ce n’est certainement pas la seule raison.

 

En effet, on s’aperçoit que le nombre de licenciés n’est pas un critère déterminant dans le like d’une page. Si tel était le cas, le tennis et son million d’adhérents devrait être 2ème de ce classement avec plus de 350 000 likers: ce n’est manifestement pas le cas (3ème avec 30 000 likers).

 

L’animation de la page a un réel impact sur son nombre de fan, la FFF qui consacre manifestement des ressources importantes (humaines et budgétaires) à l’administration de sa communauté en récolte les fruits. Sondage, photos, vidéos, jeux concours, applications, playlist spotify des joueurs… la palette des outils utilisés est très large.

 


 

Attention, Facebook n’est pas Twitter

 

Matière vivante par excellence, le sport se vit et bien souvent les community managers veulent transmettre leur passion. Autant un live-tweet semble tout à fait pertinent lors des compétitions sportives, autant un « live-post » sur facebook peut vite s’avérer indigeste.

 

Les fédérations françaises de handball et de judo par exemple usent et abusent du live-post (respectivement 329 et 266 publications lors des 30 derniers jours) au risque de:
- lasser le fan qui, à terme, peut se désabonner ou masquer les publications (Twitter remplissant déjà ce rôle de publication live)
- parasiter les autres publications de l’entité
- subir le filtre Edgerank; Facebook n’affichant en moyenne que 14% des messages publiés, autant poster utile !

 

 

Les bons résultats sportifs ne favorisent pas les fédérations

 

Contrairement à ce qu’on pourrait imaginer, une grande performance sportive n’a pas nécessairement d’influence sur le nombre de fans de la fédération concernée. Très souvent, qu’il s’agisse d’un sport collectif ou individuel, ce sont aux sportifs que profite l’engouement.

 

Nous avions précédemment évoqué le cas de Yannick Agnel, grand vainqueur français des réseaux sociaux, on peut aussi observer l’effet de la médaille d’or de Renaud Lavillenie sur sa page officielle et sur celle de la FF d’Athlétisme.

 

 

Renaud Lavillenie: +150% de likers en 1 mois / FF d’Athlétisme: 9% sur la même période

 

Les publications des likers encore trop contrôlées

 

On peut regretter que certaines pages officielles de fédérations soient fermées aux fans. Le rugby, l’athlétisme, et même le tennis et son accroche « Une page réservée à tous » restreignent l’expression des fans au likes et aux commentaires.

 

A contrario, le Handball, la natation, le judo, le basketball et le football restent ouverts aux encouragements de la communauté. La tonalité des publications spontanées est globalement très positive, même si on peut noter un nombre non négligeable d’auto-promotion de likers vers leur propre page (en particulier sur la page de la FFF).

 

 

Certaines fédérations maîtrisent bien les fonctionnalités et les caractéristiques des réseaux sociaux qu’elles utilisent…

 

- Belle utilisation de la timeline Facebook pour la FFF et la FFT qui nous plongent dans les dates clés de leur sport (la FFT remontant jusqu’aux années 20)

- Quelques applications intéressantes (pronostics pour la FFF, Billeterie pour la FFAthlétisme…)

- Des contenus souvent rassembleurs, pour permettre une ouverture aux novices. Bien sûr les sportifs emblématiques de chaque discipline ont une part de voix importante sur les pages, mais toutes les fédérations laissent une place (plus ou moins grande) aux tournois non-médiatisés, aux événements handisport, aux seniors…

- Un usage de Twitter intéressant avec une quasi-généralisation du live-tweet

- Des chaînes vidéos dédiées sur Youtube et Dailymotion avec de temps à autre des contenus exclusifs et participatifs (la FFAthlétisme et le dispositif « Plus qu’un signe », la FFBasketball et sa webserie).

 


Jeu Plus qu’un signe ! par FFAthletisme

 

… mais les axes d’optimisation restent importants

 

- Certaines fédérations ont une prise de parole très descendante, et se servent leur page comme un simple fil d’actualités sans profiter du potentiel viral de ces supports (ex: FFGymnastique, FFHandball…)

 

- L’engouement populaire peut parfois complexifier l’accès à une information officielle car il existe de nombreux comptes Facebook ou Twitter créés par de simples passionnés. Il devient donc difficile pour l’internaute de s’y retrouver entre :

* Les sources officielles et non officielles (ex: @FFFootball, @FFF_News…)

* Les pages « Fédération » et les pages « Equipe » (ex: FFF  et EDF )

 

Parfois même les pages non-officielles rassemblent plus de likers que les pages officielles (ex: Equipe de France de Handball  vs Fédération française de Handball)

 

Principale fédération absente des réseaux sociaux: l’équitation et ses 710.000 licenciés. Une page existe avec 54.100 likers malheureusement non administrée pour le moment…