Spécialistes du recrutement et réseaux sociaux


Avec plus 3 millions de chômeurs soit près de 11% de la population active, les chiffres de l’emploi en France ne sont pas au beau fixe.

Depuis quelques années déjà le digital tend à fluidifier la recherche d’emploi : à l’ANPE et aux agences d’intérim sont venus récemment s’ajouter des pure players. Dans un contexte où les réseaux sociaux occupent une place prépondérante, il semble légitime de se demander comment communiquent les acteurs du recrutement sur ces supports.

Pour apporter quelques éléments de réponse nous avons analysé la prise de parole web sociale d’Adecco, Randstad, Cadremploi, Monster, RegionsJob et Keljob.

 

 

De nombreuses similitudes éditoriales sur Facebook

 

Cadremploi, par sa notoriété, son ancienneté et son ADN digital devance logiquement la concurrence en nombre de likers. C’est également la marque qui parvient à générer le plus d’engagement par post. De son côté, RégionsJob brille par l’activité de son Community Manager qui a publié presque autant que Randstad, Adecco et Cadremploi réunis lors des 30 derniers jours.

L’approche éditoriale des 6 acteurs du recrutement est assez proche. On y parle essentiellement de l’actualité liée au monde de l’emploi (avec des liens renvoyant sur le site de la marque ou des supports externes), des témoignages et des annonces corporates du groupe.

 

Randstad et Monster n’hésitent pas à publier directement des offres d’emploi sur le mur mais ce n’est pas la typologie de contenus qui se partage le mieux car elle est bien trop segmentante.

La tonalité des messages est très classique (ton informatif / corporate), sauf pour Keljob qui use plus fréquemment de l’humour, notamment le vendredi. Il s’agit d’ailleurs des posts générant le plus d’interactions.

 

 

En termes d’applications, on retrouve bien évidemment des offres d’emploi et la duplication d’une partie des contenus des sites Internet (espace recruteurs et candidats) mais aussi des choses un peu plus intéressantes comme :

– La création d’un CV vidéo fake (Monster)

– Un simulateur d’entretien d’embauche (Adecco)

– Un baromètre des salaires (Randstad)

– Des jeux concours (Cadremploi)

Notons que seuls Monster et RegionsJob ouvrent leur mur aux publications des likers.

 

Une communauté peu engagée sur Twitter

 

Comme sur Facebook, la bataille du quantitatif est remportée par Cadremploi avec 10 300 followers et 202 tweets lors des 30 derniers jours.

Le secteur du recrutement peine à générer de l’engagement sur Twitter. Randstad monte sur la 1ère marche du podium avec un engagement par tweet de 0,1%, ce qui est très peu.

 

 

Pour l’ensemble des acteurs, la ligne éditoriale est le prolongement de celle déployée sur Facebook avec néanmoins quelques spécificités pour chaque compte :

– Randstad tweete essentiellement corporate et offre d’emploi

– Adecco et Cadremploi se focalisent sur l’actualité du recrutement

– Monster livre de nombreux conseils à ses followers

RegionsJob déniche, entre autres, des CV originaux

– Keljob est le roi de l’interaction avec ses followers

 

Peu d’abonnés et de vues sur YouTube et Dailymotion

 

Même si tous les acteurs du recrutement ont une présence sur YouTube ou Dailymotion, celle-ci a peu d’écho sur le web social (peu d’abonnés et de vues). Notons néanmoins dans ce domaine les efforts de :

– RegionsJob avec une chaîne bien structurée sur Dailymotion et de nombreuses vidéos diffusées.

– Monster et la hiérarchisation de ses contenus par playlists (coaching, pub, conseils…)

– Cadremploi et ses interviews people (Bruno Solo, Audrey Pulvar, Olivier Besancenot…)

 

 

Une utilisation plus ludique de Pinterest

 

Adecco et Cadremploi pinent de temps à autres sur « le petit réseau qui monte ». Ils diffusent des contenus souvent divertissants liés à l’emploi. En revanche, RegionsJob est bien plus actif avec plus de 200 pins répertoriés dans 4 boards: CV originaux, Ebooks, Infographies, Emploi.

 

 

Google+ est unanimement plébiscité

 

Le réseau social de Google est plébiscité par les 6 entités analysées mais elles n’y consacrent pas les mêmes ressources. Alors qu’Adecco ne publie des contenus que de manière occasionnelle, les 5 autres acteurs suivent la même ligne éditoriale que celle développée sur Facebook. Le nombre de publications est toutefois beaucoup moins important que sur Facebook.

Comme sur Pinterest, RegionsJob devance une nouvelle fois ses concurrents et mise habillement sur des réseaux sociaux aujourd’hui certes plus confidentiels en France mais vecteurs de trafic.

 

Une présence un peu décevante sur Viadeo et LinkedIn

 

On pourrait s’attendre à ce que les acteurs du recrutement excellent sur les 2 principaux réseaux sociaux professionnels : ce n’est pas forcément le cas.

Bien sûr, ils sont tous présents au moins sur un des 2 supports mais à date, seul Adecco et Randstad profitent parfaitement des nouveaux profils mis en place pour les entreprises (cover, mise à jour de l’actualité…).

Pas ou peu de groupes / hubs animés par ces spécialistes de l’emploi : c’est dommage

 

Notons que sur ces réseaux sociaux l’APEC « la communauté des cadres » est un acteur particulièrement actif avec près de 54 000 membres sur Viadeo et plus de 6 000 membres sur LinkedIn.

 

Des sites plutôt bien socialisés

 

La socialisation des sites Internet dédiés au recrutement est intéressante et offre systématiquement un partage des offres d’emploi.

Dans ce domaine, RegionsJob et Cadremploi vont encore plus loin et proposent une fonctionnalité « Viadeo et LinkedIn connect » permettant de vérifier si un de nos contacts professionnel travaille dans la société qui recrute (favorisant ainsi la demande d’information ou la cooptation).

 

Pour aller plus loin…

 

Découvrez les résultats de l’enquête « Emploi et Réseaux sociaux », qui s’intéresse à la place qu’occupent les réseaux sociaux dans le recrutement et la recherche d’emploi