J’aurais voulu être un artiste (sur les réseaux sociaux)


Le digital avec ses spécificités virales et collaboratives a profondément bouleversé le secteur de la musique. Nous ne reviendrons pas sur les enjeux des réseaux sociaux pour les maisons de disques (nous l’avons déjà fait ici), mais nous allons cette fois-ci nous intéresser aux artistes. Pour eux aussi la révolution digitale est passée par là et les exemples de réussite laissent rêveurs les chanteurs en herbe. Sans espérer être le prochain PSY, les cas d’Irma, Grégoire et consorts donnent des idées…

Alors, certes je ne suis pas (encore) une star du top 50 mais si j’étais un artiste, comment communiquerais-je sur les réseaux sociaux ? Comment ferais-je en sorte de vous séduire (groupies que vous-êtes) autrement que par mon talent ?

 

Je parlerais au plus grand nombre sur Facebook

 

Evidemment Facebook s‘impose naturellement comme le socle de la communication relationnelle des artistes. Outre les fonctionnalités classiques liées au partage de statuts, de photos et de vidéos, le module « Evénement » prend tout son sens à l’approche d’un concert.

La qualité et le potentiel viral des contenus publiés jouent un rôle primordial dans l’exposition des posts. Il ne suffit pas de dire que l’ingé son est en retard pour générer des likes…

Faire le choix de Facebook quand on est un artiste c’est aussi prendre le risque de s’exposer aux critiques des likers. Promis, je saurais garder la tête froide si parfois vous êtes virulents avec moi.

 

De nombreuses applications ont été créées pour permettre aux artistes de mieux communiquer sur Facebook. Mentionnons par exemple « Band Profile » qui une fois intégré dans un onglet permet de publier des chansons en streaming ou à télécharger, vendre sa musique, afficher les dates de concerts via une Google Maps…

 

Je m’adresserais à mes pairs sur MySpace

 

Eh bien, non ! Je ne délaisserais pas Myspace au profit de réseaux sociaux plus généralistes. Depuis sa refonte graphique et ergonomique, le réseau social qui avait plus de pages vues en 2006 que Google, redevient un challenger intéressant dans l’univers artistique.

 

 

Alors certes la communauté est plus restreinte mais les passionnés de musique et les artistes eux-mêmes ont encore une légitimité à croire en Myspace. Si Facebook est un concert au Stade de France, Myspace est un concert privé, beaucoup plus intimiste et réservé aux initiés.

Et si vous ne me croyez pas, je vous suggère vivement d’aller voir ce qui s’y passe, vous pourriez être surpris, ne serais-ce que par la navigation horizontale et la simplicité de prise en main.

 

J’engagerais la conversation sur Twitter

 

Depuis la démocratisation des réseaux sociaux, jamais les artistes n’ont été aussi proches de leurs fans et vice-versa. Souvent utilisé de façon descendante par les artistes qui préfèrent privilégier des informations factuelles (sortie d’album, date de concert), Facebook n’est pas le canal d’échange privilégié des fans.

C’est désormais via Twitter, que la majorité des échanges (amicaux ou non) sont effectués. Par ailleurs la crédibilité de l’interlocuteur est supérieure sur ce réseau que sur Facebook. Il y a en effet plus de chance que la « star » anime elle-même sont compte Twitter que sa page Facebook.

 

 

Rassure-toi public, je saurais me montrer abordable sur tous les réseaux et je n’hésiterais pas à retweeter certains de nos échanges s’ils me montrent sous mon meilleur jour ! Et pour vous divertir encore plus j’userais du tweet clash avec la concurrence.

 

 

Je vous placerais aux premières loges sur YouTube

 

YouTube occupe une place prépondérante parmi les canaux de communication des artistes. Chacun espère réaliser LA vidéo qui va buzzer. Parfois la magie opère et on tombe sur PSY : bienvenue dans l’irrationalité du Web !

 

 

Poster un contenu sur YouTube c’est un peu comme jeter une bouteille à la mer : parfois ça marche mais la plupart finit tout au fond des océans (comme dirait Slai…).

Par conséquent, il est important de mettre tous les ingrédients de son côté lorsqu’on publie une vidéo : Titre et descriptif pour le référencement, lien vers d’autres contenus, première image accrocheuse, organisation par playlist, image de fond sur la chaîne…

 

Je vous ferais entrer dans les coulisses avec Instagram

 

Nous ne sommes pas (encore) amis et ne pouvez malheureusement pas obtenir un accès pour me voir dans les loges ? Pas d’inquiétude, j’instagramerais les coulisses de mes concerts uniquement pour vous.

 

 

Et si cela ne vous suffit pas, je vous demanderais si ma tenue de scène vous plait, je partagerais avec un filtre « Sutro » les images de nos répétitions et parfois je vous prendrais aussi en photo car vous aimez bien quand on s’intéresse à vous (avouez-le) !

 

Je donnerais des concerts live sur Google+

 

Soyons honnêtes, qu’on aime Google ou pas, il y a plus de chances de rencontrer une forte audience sur Facebook que sur Google + (n’est pas Lady Gaga qui veut). De plus ce réseau social est très souvent utilisé comme un doublon de Facebook, ce qui n’apporte pas grand-chose aux fans et à l’artiste lui-même. En revanche il est indéniable que Google+ est intéressant pour le référencement, donc quitte à y être j’organiserais des sessions acoustiques VIP en Hangout pour ceux qui auront rejoint le « cercle »

 

 

Je vous ferais découvrir mes passions sur Pinterest

 

Salles de concert préférées, membres du groupe, chansons du moment, photos de moi… Vous saurez tout sur mon univers en suivant mes boards Pinterest.

Outre le fait d’en savoir plus sur l’univers de l’artiste, Pinterest présente l’indéniable intérêt de générer un trafic important sur des contenus marchands, ce qui peut s’avérer intéressant dans un contexte économique musical plutôt morose.

 

Je vous ferais jouer sur Foursquare

 

Outre la géolocalisation des artistes lorsqu’ils sont en concerts, Foursquare peut aussi être utilisé à des fins plus ludiques :

– Chasse au trésor pour gagner un album ou des places de concert

– Création de badges pour les plus grands fans

– …

 

 

Je ferais du teasing sur Vine

 

En 6 secondes il est possible de montrer sa créativité artistique mais c’est un peu plus difficile dans le domaine musical. J’utiliserais donc ces précieuses secondes pour vous présenter les premières images de mes clips ainsi que les pas de ma chorégraphie scénique (oui, sur ma scène imaginaire on danse beaucoup)

 

Je vous laisserais la parole sur Tumblr

 

Sur tous les supports présentés, l’artiste parle de l’artiste : attention à l’overdose ! Et si on donnait aux fans une surface d’expression digitale qui agrégerait l’ensemble des contenus qu’ils auraient produit ?

Nous pourrions donc imaginer un Tumblr alimenté quotidiennement par les photos, gifs et vidéos réalisés par les groupies et pour les groupies.

 

 

Après tout ça, j’espère que vous serez nombreux à me suivre dans ma tournée virtuelle !